Les additifs toxiques des huiles à vaper mettent les patients en danger

Accueil / CBD / Les additifs toxiques des huiles à vaper mettent les patients en danger
Les additifs toxiques des huiles à vaper mettent les patients en danger

Au cours de l’été 2015, le projet CBD a publié un rapport du Dr Jahan Marcu qui expose les dangers potentiels du chauffage et de l’inhalation de propylène glycol (PG), un agent diluant largement utilisé dans de nombreux produits à base d’huile de cannabis, notamment les cartouches de stylos à piquer. Projet CBD a été le premier organisme de surveillance de l’industrie du cannabis à attirer l’attention sur les recherches montrant que lorsque le PG est chauffé dans un vaporisateur électronique, il peut se décomposer en formaldéhyde, un puissant agent cancérigène. Nous avons noté avec inquiétude que les agents diluants tels que le PG sont généralement présentes dans les produits dérivés du chanvre CBD extraits d’huile. Presque tous les produits de chanvre CBD La marque d’huile de vape que nous avons examinée comprend PG ou, pire encore, le polyéthylène glycol (PEG), un autre additif toxique.

Au-delà du propylène glycol

Un article récent examiné par des pairs et publié dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine (JACM) a validé les dangers de PG et a présenté des preuves que PEG est encore plus dangereux lorsqu’il est chauffé. Des scientifiques de l’Institut de recherche sur la marijuana médicale en Arizona ont étudié la dégradation du PG, PEG, glycérine végétale, et triglycérides à chaîne moyenne (comme l’huile de coco). Ils ont chauffé ces composés à 230˚C, une température élevée mais plausible pour un vaporisateur. PEG produisait une grande quantité d’acétaldéhyde et de formaldéhyde, deux substances cancérigènes. Leurs travaux ont également confirmé que PG se décompose en formaldéhyde à cette température.

« [F]L’inhalation d’ormaldéhyde a été liée à une incidence accrue de leucémie myéloïde et de cancer du nasopharynx « , ont noté les scientifiques. Ils ont déterminé que la quantité de formaldéhyde produite en chauffant du formaldéhyde pur PEG est comparable à la quantité de formaldéhyde que l’on inhale en fumant une seule cigarette de tabac. Les triglycérides à chaîne moyenne produisent une quantité infime d’acétaldéhyde (environ 33 fois moins que le formaldéhyde). PEG). Et la glycérine végétale n’a produit des quantités détectables d’aucune des toxines étudiées.

La combustion n’est pas la vaporisation

La vaporisation du cannabis est censée être un mode d’administration plus sain que le fait de fumer du cannabis. Mais beaucoup dépend de la qualité du produit. En théorie, la vaporisation est censée chauffer suffisamment l’huile pour libérer les terpènes volatils et les composés cannabinoïdes (THC, CBD) dans l’air, mais pas suffisamment pour créer de la fumée. Plutôt que de brûler le cannabis, ce qui se produit à des températures supérieures à 400˚C, il suffit de chauffer l’huile de vape à environ 160-190˚C pour que les cannabinoïdes et les terpènes s’aérosolisent. Mais les sous-produits des réactions chimiques qui se produisent autour de 200˚C ne sont pas intrinsèquement plus sûrs que ceux créés par des réactions à 400˚C.

En général, des températures très élevées sont nécessaires pour produire du monoxyde de carbone et les nombreuses autres toxines présentes dans la fumée. Mais cela ne garantit pas la sécurité de chauffer des produits chimiques instables sans provoquer de combustion. Des composés comme PEG, PGet certains pesticides se dégradent en toxines plus fortes à des températures qui provoquent la vaporisation des cannabinoïdes. Par exemple, le pesticide myclobutanil, vendu sous le nom d’Eagle-20, se décompose en cyanure d’hydrogène lorsqu’il est chauffé.

Étant donné que les cannabinoïdes se vaporisent à des températures légèrement inférieures à 230˚C, il est possible d’éviter les méfaits associés au chauffage de l’huile de cannabis mélangée à de l’alcool. PG ou PEG. Mais en pratique, les vaporisateurs distribuent rarement la chaleur de manière uniforme. L’huile la plus proche de l’unité de chauffage atteint souvent une température plus élevée que prévu, en particulier avec les stylos à vape et autres vaporisateurs électroniques portatifs.

Réglementation des vapes

Ces problèmes sont apparus en partie parce que les réglementations ne tiennent pas toujours compte de la manière dont les produits chimiques sont réellement consommés – vaper, ingérer et fumer sont tous des moyens fondamentalement différents d’administrer le cannabis. PG est généralement reconnu comme pouvant être ingéré sans danger par le consommateur. FDAmais la chauffer et l’inhaler est une toute autre affaire. « L’huile de cannabis produite pour être vaporisée est souvent mélangée avec de l’alcool. PEG 400 ou PGLes patients et les décideurs politiques devraient tenir compte de ces préoccupations et de ces effets potentiels sur la santé avant l’utilisation et lors de l’élaboration de la législation qui réglemente les produits du cannabis. JACM rapport conclu.

De nombreux composés – agents d’éclaircissement, pesticides, etc. – sont soumis à des tests de sécurité en cas d’ingestion ou d’application topique, mais jusqu’à récemment, peu d’attention a été accordée à ce qui se passe lorsqu’ils sont chauffés et absorbés. Certains composés, tels que PG et PEGdeviennent plus toxiques sous l’effet de la chaleur. D’autres sont susceptibles de se décomposer en composants moins nocifs. Il est impératif de tenir compte du contexte dans lequel ces produits chimiques sont utilisés, plutôt que de supposer qu’ils sont sûrs pour le bien du commerce.

Adrian Devitt-Lee est un projet CBD associé de recherche et auteur collaborateur. La recherche pour cet article a été soutenue par CannaCraft, une société californienne spécialisée dans la marijuana médicale.

Copyright, Projet CBD. Ne peut être réimprimé sans autorisation.

Références

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.