Dosage du THCA : Moins, c’est mieux

Accueil / CBD / Dosage du THCA : Moins, c’est mieux
Dosage du THCA : Moins, c’est mieux

Le cannabis ne produit pas réellement de THC ou CBD. La plante produit tous les cannabinoïdes sous une forme acide. Au lieu de fabriquer THC et CBD directement, elle synthétise l’acide tétrahydrocannabinolique (THCA) et l’acide cannabidiolique (CBDA) de leur acide cannabigérolique (CBGA) précurseur.

THCA n’est pas psychoactif – il n’active pas CB1 les récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau. Afin de rendre psychoactif THC de THCAil faut le chauffer. Cela peut se faire en fumant ou en vaporisant la fleur brute, en préparant des edibles, ou en chauffant le cannabis dans un processus connu sous le nom de décarboxylation. Lorsque l’on fume du cannabis, on estime que plus de 95 % de l’énergie consommée par la plante est perdue. THCA est converti en THC. Si c’est le cas, un fumeur de cannabis pourrait inhaler la petite quantité de THC restante. THCAqui pourrait également avoir un effet thérapeutique.

Selon plusieurs médecins, THCA est très prometteur dans le traitement de l’épilepsie. Les recherches précliniques indiquent que THCA peut être anti-inflammatoire et peut réduire les nausées. L’une des caractéristiques les plus importantes du THCA est sa capacité apparente à agir à de très faibles doses. Le potentiel thérapeutique du THCA est d’autant plus remarquable que ce composé est plus facilement disponible que le THC ou CBD en raison de l’omniprésence de la plante de marijuana brute.

L’utilisation clinique de THCA

L’expérience clinique est le meilleur point de départ. Le Dr Dustin Sulak et le Dr Bonni Goldstein ont tous deux fait état de l’utilisation du THCA dans le traitement des patients. Dans une publication récente, Sulak, Goldstein et le Dr Russel Saneto décrivent quatre rapports de cas de patients utilisant le THCA en même temps que d’autres traitements (médicaments antiépileptiques conventionnels et cannabis). Chez ces patients, de petites doses – environ 0,1 à 1 mg/kg/jour – ont été utilisées. THCA1ont été utilisés, correspondant à 0,01 à 0,1 % du poids corporel du patient en euros. THCA. Pour un enfant pesant 50 livres, cela représente entre 2 et 23 milligrammes de THCA en une journée.

En revanche, les études avec Epidiolex, un produit pur (99,5 %) CBD en spray sublingual, commencent à une dose de 5 mg/kg/jour et augmentent généralement jusqu’à 25 mg/kg/jour. Les doses susmentionnées de THCA sont 10 à 100 fois plus faibles2.

THCA est généralement administré avec d’autres composants du cannabis dans une teinture par le biais d’un compte-gouttes ou d’un spray sous la langue. L’article de Sulak indique que des doses plus élevées de THCA n’a généralement pas amélioré la réponse, l’état d’un patient ayant empiré après l’augmentation de la dose de THCA. Sulak a également constaté que des terpènes spécifiques, ainsi que le THCA dans une variété de cannabis donnée peut contribuer de manière significative à l’effet antiépileptique. (Le linalol, dans ce cas, était nécessaire pour l’effet antiépileptique).

Le Dr. Goldstein a dit au Projet CBD que la consommation quotidienne de 10 à 20 mg de THCA était efficace pour réduire la douleur chez certains de ses patients souffrant d’arthrite et du syndrome du côlon irritable. Pour un patient atteint de la maladie d’Alzheimer, THCA a amélioré les symptômes cognitifs et a permis au patient de réduire l’utilisation d’autres médicaments.

Le Dr Sulak a également parlé avec le projet CBD, disant qu’une dose plus élevée de 2 mg/kg de THCA combiné avec THC est parfois efficace pour les crises d’épilepsie, la douleur et l’arthrite. Pour les problèmes neurologiques, environ 1 mg de THCA et THC utilisé 2 à 3 fois par jour a aidé certains de ses patients adultes. Chez un adolescent, une très faible dose de THCA a empêché les migraines réfractaires sévères.

Des rapports anecdotiques provenant d’autres sources indiquent qu’un rapport 10:1 CBD:THCA peut s’avérer efficace pour certains enfants épileptiques lorsqu’un ratio élevé de CBD/bas THC la préparation d’huile de cannabis ne donne pas de résultats satisfaisants. Un patient de sept ans, pesant 42 livres, n’a pas eu de crise depuis deux ans et demi, depuis qu’il suit un régime de dosage de 50 mg/jour de CBD et 10 mg/jour de THCA.

THCA: Double moléculaire

THCAa, en fait, deux isoformes, appelés THCA-A et THCA-B. (Les isoformes d’un composé ont les mêmes atomes mais sont disposés différemment.) Les deux isoformes du THCA ne sont généralement pas distingués, car il semble que la plupart des plantes produisent principalement du THCA-A. Cette notion n’est toutefois fondée que sur quelques études. Ni THCA-A ni THCA-B ne doit pas être confondu avec THCCOOH (11-nor-9-carboxy-THC), qui est un produit de décomposition métabolique du THC dans le corps humain.

chimie de la marijuana THCA molécule

Structures chimiques de THC et trois formes acides de THC. L’acide est surligné en rouge. THCA-A et THCA-B sont les formes produites par le cannabis, tandis que THCCOOH est un produit de décomposition de THC chez l’homme.

THCA en laboratoire

Jusqu’à présent, la recherche préclinique sur THCA a été très confuse. Erin Rock et d’autres scientifiques de l’Université de Guelph en Ontario ont démontré que de faibles doses de THCA-environ 10 à 100 fois plus faible que la dose requise de THC-prévient les nausées chez les rats. De plus, ils ont trouvé que THCA synergise avec CBDAqui est également un composé antiémétique puissant. Il est possible que l’effet anti-nauséeux de fumer du cannabis soit en partie attribuable à la faible quantité de CBDA dans l’organisme. THCA qui reste lorsque le cannabis est brûlé.

Curieusement, THCAL’effet du THCA dans l’étude de Guelph a été empêché en bloquant l’effet du CB1 récepteur cannabinoïde. Ceci est surprenant, étant donné que THCA n’est pas connu pour se lier à CB1 et ne provoque pas d’effets psychoactifs comme THC lorsque ce dernier se lie à CB1. Pourtant, Rock et. al. n’ont pas observé d’effets du THCA qu’ils ont pu attribuer au centre CB1 l’activité CB1. Une explication possible de cette constatation est que le Rimonabant, le médicament expérimental qu’ils ont utilisé pour bloquer la CB1 pourrait avoir inhibé THCALes effets du THCA passent par un canal ou un récepteur différent, par exemple GPR55 (qui est activé par le Rimonabant). Lorsqu’on a demandé au Projet CBDLe Dr Rock a indiqué qu’il n’était pas certain de la manière dont le Dr. THCA empêche la nausée, et qu’il peut très bien s’agir d’un effet hors cible ou périphérique.

Une étude menée par Rosenthaler et un groupe de scientifiques autrichiens a supposé que THCA a une plus grande affinité de liaison avec le CB1 que THC fait. Il se peut que cette étude soit imparfaite (ses données suggèrent également – de manière incorrecte3 – que le CBN, un produit de dégradation de THCse lie à CB1 plus puissamment que le THC). Mais il se peut aussi que THCA agit principalement sur le système périphérique CB1 en dehors du cerveau et du système nerveux central. La principale différence entre THCA et THC pourrait être liée à la façon dont ces composés sont distribués dans le corps. Une autre explication pourrait provenir d’une incohérence entre deux isoformes moléculaires du THCATHCA-A et THCA-B- ce qui pourrait donner lieu à des résultats différents (voir encadré).

Comment THCA travail ?

Alors comment THCA confère-t-il ses effets ? Par quels canaux biochimiques le THCA agir ? Le seul récepteur auquel le THCA est connu pour se lier puissamment est TRPM8-le récepteur qui donne la sensation de froid à la menthe. THCA est un antagoniste puissant de TRPM8. Cependant, aucune recherche n’indique que l’inhibition du TRPM8 empêche les nausées ou réduit les crises d’épilepsie, ce qui n’explique donc pas les effets cliniquement observés du THCA.

A des concentrations plus élevées, THCA peut également activer TRPV4un récepteur sensible à la chaleur, et TRPA1un récepteur qui est à l’origine du goût âcre des épices telles que la moutarde et la cannelle.

THCA peut également avoir des effets thérapeutiques en inhibant l’enzyme métabolique MAGL qui décompose le cannabinoïde endogène 2-AG; cela entraînerait des niveaux plus élevés de 2-AGqui active à la fois CB1 et CB2 récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau et le corps.

Dans ces tests précliniques, THCA était environ 10 fois plus puissant lorsqu’il était utilisé sous forme d’extrait de plante entière plutôt que sous forme d’isolat.

Dans ces tests précliniques, THCA était environ 10 fois plus puissant lorsqu’il était utilisé sous forme d’extrait de plante entière plutôt que sous forme d’isolat.4 Mais ces preuves ne sont basées que sur quelques études réalisées sur des cultures cellulaires, ce qui ne se traduit pas nécessairement par une expérience clinique.

D’autres données issues de travaux précliniques suggèrent que THCA pourrait être un composé anti-inflammatoire qui protège contre le cancer, mais ces travaux constituent une explication peu convaincante des rapports cliniques. Une étude sur le THCA et le cancer du sein nécessitaient une concentration élevée de THCAsoit environ 1000 fois plus que la concentration dans le sang des patients du Dr Sulak. Une autre étude a suggéré que THCA était un antioxydant beaucoup plus faible que le THC ou CBD et que THCA n’est que légèrement neuroprotecteur à des doses tout aussi élevées. Deux études sur l’inflammation ont révélé que le THCA n’inhibe pas COX-2, une enzyme inflammatoire bloquée par l’ibuprofène et l’aspirine, et de fortes doses de THCA étaient nécessaires pour obtenir un effet anti-inflammatoire.

Le fait que les médecins et les patients rapportent des effets positifs significatifs sur la santé du THCA à de très faibles concentrations souligne le fait qu’il y a encore beaucoup de choses à comprendre au sujet du THCA. Les propriétés du THCA indiquées par la recherche préclinique peuvent être pertinentes pour la médecine des cannabinoïdes à l’avenir, mais elles n’expliquent pas les résultats remarquables obtenus avec de faibles doses de THCA que les patients connaissent aujourd’hui.

Adrian Devitt-Lee est un projet CBD associé de recherche et auteur collaborateur. La recherche pour cet article a été soutenue par CannaCraft, une société californienne spécialisée dans la marijuana médicale.

Copyright, Projet CBD. Ne peut être réimprimé sans autorisation.

En savoir plus : La marijuana médicale contre les crises d’épilepsie

1 L’unité mg/kg – prononcée milligrammes par kilogramme – signifie milligrammes de produit de marijuana par kilogramme de poids corporel du patient. Une dose de 1 mg/kg/jour pour un adulte qui pèse 70 kg (154 lbs) correspond à 70 mg par jour.

2 La fourchette de 10 à 100 peut sembler très large. Mais le dosage des différents médicaments est généralement mesuré sur l’échelle « log ». Log est l’abréviation de logarithme, une fonction mathématique qui est l’inverse de l’élévation de 10 à une puissance. (Le log(10) = 1 et le log(100) = 2, de sorte que ces deux nombres ne sont séparés que par une échelle logarithmique. La différence entre un milligramme et un gramme est de trois échelles logarithmiques.

3 Dans une méthode permettant de déterminer l’efficacité d’un composé tel que CBN ou THCA se lie à CB1les scientifiques étiquettent un produit connu CB1 agoniste avec un atome radioactif. Ils mesurent ensuite l’efficacité CBN ou THCA déplace l’agoniste radioactif de la zone de l’ADN. CB1 récepteur. Des agonistes différents peuvent donner des résultats différents, ce qui ne se traduit pas nécessairement par une activité (un composé peut se lier à un récepteur mais bloquer son activation). Cependant, la puissance de CBN dans cette expérience était 10 à 100 fois supérieure aux valeurs résumées dans le Handbook of Cannabis de Robert Pertwee.

4 Un extrait de plante entière de THCA signifie que THCA a été extrait du cannabis, produisant un produit « brut » avec une teneur en THCA ainsi que certains terpènes, flavonoïdes et graisses végétales. L’isolat peut alors être fabriqué en purifiant l’extrait brut de manière à ce qu’il ne soit presque plus que du THCA (généralement pur à plus de 98 %). Un isolat peut également être synthétisé à partir de zéro.

Sources :

  • De Petrocellis L, Ligresti A, Moriello ASAllarà M, Bisogno T, et al. Effets des cannabinoïdes et des extraits de Cannabis enrichis en cannabinoïdes sur l’état de santé des personnes âgées. TRP et les enzymes métaboliques endocannabinoïdes. Br J Pharmacol. 2011 Aug.
  • Ligresti A, Moriello AS, Starowicz K, Matias I, Pisanti S, et al. Antitumor activity of plant cannabinoids with emphasis on the effect of cannabidiol on human breast carcinoma. J Pharmacol Exp Ther. 2006 Sep.
  • Mechoulam R, Ben-Zvi Z, Yagnitinsky B, Shani A. Un nouvel acide tétrahydrocannabinolique. Tetrahedron Lett. 1969 Jun.
  • Moldzio R, Pacher T, Krewenka C, Kranner B, Novak J, et al. Effets des cannabinoïdes Δ(9)-tétrahydrocannabinol, acide Δ(9)-tétrahydrocannabinolique et cannabidiol chez les enfants de moins de cinq ans. MPP+ cultures mésencéphaliques murines affectées. Phytomédecine. 2012 Jun 15.
  • Rock EM, Limebeer CL, Navaratnam R, Sticht MABonner N, et al. A comparison of cannabidiolic acid with other treatments for anticipatory nausea using a rat model of contextually elicited conditioned gaping. Psychopharmacologie. 2014 Aug.
  • Rock EM, Kopstick RL, Limebeer CL, Parker LA. L’acide tétrahydrocannabinolique réduit les béances conditionnées induites par la nausée chez les rats et les vomissements chez Suncus murinus. Br J Pharmacol. 2013 Oct.
  • Rosenthaler S, Pöhn B, Kolmanz C, Huu CNLes différences d’affinité de liaison aux récepteurs de plusieurs phytocannabinoïdes n’expliquent pas leurs effets sur les cultures de cellules neurales. Neurotoxicol Teratol. 2014 Déc.
  • Ruhaak LR, Felth J, Karlsson PC, Rafter JJEvaluation des effets inhibiteurs de la cyclo-oxygénase de six cannabinoïdes majeurs isolés de Cannabis sativa. Biol Pharm Bull. 2011.
  • Sulak D, Saneto R, Goldstein B. The current status of artisanal cannabis for the treatment of epilepsy in the United States. Epilepsy Behav. 2017 Feb 18.
  • Takeda S, Misawa K, Yamamoto I, Watanabe K. L’acide cannabidiolique comme composant inhibiteur sélectif de la cyclooxygénase-2 dans le cannabis. Drug Metab Dispos. 2008 Sep.
  • Verhoeckx KC, Korthout HA, van Meeteren-Kreikamp AP, Ehlert KAWang M, et al. Extraits non chauffés de Cannabis sativa et son composé principal. THC-ont des propriétés immuno-modulatrices potentielles qui ne sont pas médiées par le THC. CB1 et CB2 voies couplées aux récepteurs CB2. Int Immunopharmacol. 2006 Apr.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.